Schéma de machoire pour chirurgie correctrice de la machoire - Dr Chardain Nogent-sur-Marne

Chirurgie correctrice des mâchoires

Les mâchoires (maxillaire et mandibule) servent à la fois de support aux arcades dentaires et d’armature au bas du visage. Leur développement détermine donc la position des dents et la morphologie du visage.

Ainsi, morphologie faciale et occlusion dentaire sont en grande partie régies par les rapports entre la mâchoire supérieure (maxillaire) et inférieure (mandibule).

Théoriquement, maxillaire et mandibule se développent de façon coordonnée, aboutissant à une occlusion dentaire idéale (dite de « classe I ») et un profil facial harmonieux.

De nombreux paramètres peuvent perturber le développement des mâchoires, et engendrer un décalage dento-squelettique appelé dysmorphose.

Si la position des mâchoires est en grande partie déterminée génétiquement, elle est également influencée par l’environnement, et notamment par l’acquisition des fonctions oro-faciales (mastication, déglutition, respiration, phonation). Toute anomalie de ces fonctions peut retentir sur la croissance des mâchoires et aboutir à une dysmorphose.

Inversement, toute dysmorphose peut être impliquée dans l’apparition d’une dysfonction oro-faciale (trouble de déglutition, de prononciation…).

Découvrez la Chirurgie correctrice des mâchoires

Comment traiter les dysmorphoses dento-squelettiques ?

Chez l’enfant, l’orthodontie interceptive utilise le potentiel de croissance des mâchoires pour rééquilibrer certains décalages, d’où l’intérêt d’un dépistage orthodontique précoce.

Après la puberté, la rééquilibration d’un décalage significatif entre mâchoires nécessite un protocole ortho-chirurgical, c’est-à-dire un traitement combinant de l’orthodontie et une intervention chirurgicale de repositionnement des mâchoires.

Cette chirurgie correctrice des mâchoires est appelée chirurgie orthognathique (du grec ortho-droit et gnathos-mâchoire). Son but est de rétablir le bon positionnement des mâchoires. Elle s’envisage généralement à partir de 15 ans.

La chirurgie orthognathique est au centre de la pratique du Docteur Chardain.

Quels sont les principes de la chirurgie orthognathique ?

Lorsque le décalage entre les mâchoires ne peut être corrigé par l’orthodontie seule, et que le patient souhaite améliorer son occlusion dentaire ou l’aspect de son visage (menton, sourire…) on propose le plus souvent un traitement ortho-chirurgical.

Les interventions de repositionnement des mâchoires s’envisagent généralement à partir de 15 ans, sauf chez les prognathes qu’il est conseillé d’opérer un peu plus tardivement. Elles peuvent être réalisées chez des adultes de tout âge.

Le principe est de repositionner convenablement les mâchoires l’une par rapport à l’autre. Le repositionnement des mâchoires va permettre à la fois de corriger la mauvaise occlusion dentaire, et d’améliorer l’esthétique du visage.

Les fonctions oro-faciales (mastication, respiration, déglutition) sont également améliorées par la chirurgie, ainsi que certaines douleurs de l’articulation temporo-mandibulaire (lorsqu’elles sont en rapport avec la mauvaise occlusion dentaire et les tensions musculaires qui en découlent).

Quasiment tous les mouvements des mâchoires sont possibles, et peuvent s’associer entre eux :

  • avancée, recul ou recentrage de la mâchoire inférieure
  • avancée, remontée, abaissement, recentrage ou élargissement de la mâchoire supérieure
  • avancée, recul ou diminution de hauteur du menton

En repositionnant les mâchoires, le chirurgien modifie à la fois la forme du visage et la position des dents. Ceci doit être anticipé par l’orthodontiste, qui devra « pré-positionner les dents » pour que l’occlusion soit la meilleure possible au moment de l’intervention.

Par exemple chez un patient prognathe (classe III squelettique), le recul de la mandibule permet de corriger le profil facial, mais implique également un recul des dents mandibulaires qui doit être anticipé en pré-opératoire.

Profil facial d'un patient prognathe pour correction de la mâchoire - Dr Cahrdain Nogent-sur-Marne

Inversement, chez une patiente rétrognathe (classe II squelettique), l’avancée de la mandibule permet d’améliorer le profil facial en augmentant la projection du menton, et ce mouvement implique l’avancée des dents mandibulaires qui corrige l’occlusion dentaire.

Profil facial d'une patiente avec classe II squelettique - Dr Chardain Nogent-sur-Marne

Ces exemples illustrent le fait que l’occlusion dentaire et la morphologie du bas du visage sont indissociables, car sous la dépendance de la position des mâchoires.

Afin de garantir le meilleur résultat, on réalise une préparation orthodontique : cela signifie que l’orthodontiste va rendre les arcades dentaires « compatibles », c’est à dire à même de s’emboîter convenablement lorsque les mâchoires seront déplacées.

Cette phase essentielle dure généralement 12 à 18 mois et nécessite la pose de bagues. L’utilisation d’aligneurs peut également s’envisager dans certains cas.

Ainsi, au moment de déplacer les mâchoires, les dents préalablement positionnées par l’orthodontiste s’emboîteront convenablement.

Par exemple, chez un patient opéré d’une chirurgie d’avancée mandibulaire, la préparation orthodontique permet la correction immédiate de l’occlusion dentaire dès la fin de l’intervention :

Patient avec une chirurgie d’avancée mandibulaire - Dr Chardain Nogent-sur-Marne

La chirurgie nécessite une hospitalisation de quelques jours. Toutes les cicatrices sont situées à l’intérieur de la bouche.

Le chirurgien va couper l’os de la mâchoire selon un tracé très précis, puis la repositionner convenablement, et la fixer dans cette nouvelle position au moyen de vis et plaques miniaturisées. Au cours de ce geste, il contrôlera que l’emboîtement des dents est conforme à la planification, et que le profil facial est harmonisé.

La convalescence nécessite un certain nombre de précautions concernant l’alimentation, le brossage, parfois le port d’élastiques que nous détaillerons plus loin. La consolidation osseuse sera acquise au bout de six semaines.

Plusieurs rendez-vous de contrôle au cabinet du Docteur Chardain seront programmés au cours de cette période, et des radiographies de contrôle seront réalisées.

Passée la phase de consolidation osseuse et de convalescence, il sera nécessaire de revoir l’orthodontiste pour les finitions orthodontiques : ces petits réglages vont permettre de « caler » au mieux l’emboîtement des dents, et ainsi de stabiliser le résultat dans le temps.

Enfin notons que dans certains cas, la chirurgie peut être réalisée pour d’autres indications, par exemple dans le cadre des syndromes d’apnées obstructives du sommeil, et parfois même sans préparation orthodontique (par exemple en vue de la réalisation de prothèses dentaires chez un patient présentant un décalage squelettique important).

Envoyez un mail


* Les champs sont obligatoires

Cette page vous a plu ?

Afin de nous aider à vous proposer toujours plus de contenus pertinents, n'hésitez pas à noter cette page

Loading...

Laisser un commentaire