Représentation d'une machoire 3D - Dr Chardain Nogent-sur-Marne Nogent-sur-Marne

Chirurgie des lésions osseuses des mâchoires

Les mâchoires peuvent être le siège de nombreuses lésions. Localisées au maxillaire ou à la mandibule, ces lésions sont fréquentes et le plus souvent bénignes.

Afin de ne pas méconnaître de lésions plus agressives, la démarche diagnostique doit être rigoureuse et standardisée.

Nous présenterons ici les principales lésions des mâchoires, ainsi que les techniques de prise en charge.

Découvrez la Chirurgie des lésions osseuses des mâchoires

Généralités et enjeux

Habituellement localisées à un seul territoire osseux (atteinte monostotique), les lésions osseuses peuvent parfois toucher plusieurs sites : on parle alors d’atteinte polyostotique.

Ainsi, les lésions osseuses des mâchoires peuvent concerner le maxillaire (mâchoire supérieure), la mandibule (mâchoire inférieure), ou parfois les deux (lésions maxillo-mandibulaires)

Plus rarement, elles peuvent atteindre d’autres territoires osseux, tant au niveau de la région maxillo-faciale (orbite, voûte crânienne) qu’à distance (fémur, humérus, vertèbres…)

Certains types de lésions osseuses des mâchoires doivent être bien connus, et traités avec le plus grand soin, en raison de leur agressivité locale, de leur risque de récidive ou de dégénérescence maligne.

On parle d’agressivité locale pour une lésion qui, bien que bénigne, possède un pouvoir destructeur sur les tissus environnants (os, nerf, muqueuses, peau), et pouvant avoir des conséquences fonctionnelles invalidantes (fractures, surinfections, pertes dentaires…)

Circonstances de découverte

Le plus souvent, les lésions osseuses des mâchoires sont découvertes fortuitement sur une radiographie faite pour un autre motif. C’est habituellement le dentiste qui découvre une image anormale sur une radiographie panoramique réalisée lors de soins dentaires. Le patient est alors adressé en consultation de chirurgie maxillo-faciale pour avis diagnostique et prise en charge thérapeutique éventuelle.

Dans certains autres cas, les lésions osseuses des mâchoires occasionnent des symptômes : tuméfaction de la gencive ou du visage, douleur osseuse, mobilité dentaire, perte de sensibilité de la lèvre ou du menton, obstruction nasale …

Ce sont alors ces symptômes qui conduisent le patient à consulter et permettent de poser le diagnostic.

Classification simplifiée

Schématiquement, les lésions osseuses des mâchoires peuvent être d’origine dentaire (on parle de lésions odontogènes) ou non (lésions non odontogènes) :

  • Les lésions odontogènes sont constituées de tissus d’origine dentaire (émail, cément, dentine) ou sont la conséquence d’une pathologie dentaire (généralement infectieuse).
  • Les lésions non odontogènes sont constituées de tissus différents de ceux de la dent : os, cartilage, tissu conjonctif, tissu vasculaire…

Toutes ces lésions peuvent être bénignes ou malignes, parfois présenter une agressivité locale, ou plus rarement un risque de dégénérescence (c’est-à-dire un risque de transformation maligne).

La distinction entre une lésion bénigne et maligne semble simple en apparence mais peut parfois poser de grandes difficultés, et de nombreux « pièges » existent. C’est pour cette raison qu’il convient de respecter une démarche diagnostique rigoureuse.

En effet, si le praticien peut souvent suspecter la nature de la lésion sur une simple radiographie (ou un scanner), seule l’analyse microscopique de la pièce opératoire permettra la certitude diagnostique.

Démarche diagnostique

La démarche diagnostique initiale a pour but de caractériser la lésion.

On s’attachera à préciser sa localisation, son aspect radiologique parfois d’emblée évocateur, son rapport éventuel avec les dents, l’existence d’arguments cliniques ou radiologiques en faveur d’une lésion agressive.

On recherchera également une atteinte d’autres territoires osseux (atteinte polyostotique). Les antécédents médicaux seront analysés, et particulièrement à la recherche de certains traitements (radiothérapie, anti-résorbeurs osseux injectables).

Le bilan initial est généralement complété par des examens d’imagerie (cone beam ou scanner du massif facial). Plus rarement, on prescrira une scintigraphie osseuse utilisant un traceur radioactif, en particulier en cas de de suspicion d’atteinte polyostotique.

Le bilan iconographique permet souvent de renforcer ou d’infirmer une hypothèse diagnostique, et de guider le geste chirurgical lorsque celui-ci est indiqué, notamment en précisant les rapports de la lésion avec les éléments « nobles » : nerf alvéolaire inférieur, nerf infra-orbitaire, sinus maxillaire, fosses nasales, racines dentaires …

Comme nous le verrons, certaines situations nécessitent une biopsie première pour caractériser la lésion, alors que d’autres situations sans équivoque peuvent être traitées d’emblée.

L’objectif du bilan initial, tant clinique que radiologique est donc de caractériser la lésion aussi précisément que possible, dans le but de la traiter de la façon la plus performante.

Envoyez un mail


    * Les champs sont obligatoires

    Cette page vous a plu ?

    Afin de nous aider à vous proposer toujours plus de contenus pertinents, n'hésitez pas à noter cette page

    Loading...

    3 Commentaire(s)

    Avatar de  Joseph

    Joseph

    /

    12/06/20

    Bonjour docteur Chardain, est-ce que serrer les dents peut causer des lésions à la mâchoire ou aux dents ?

    Avatar de  Dr Chardain

    Dr Chardain

    /

    15/06/20

    Bonjour, oui c'est l'un des effets nocifs du bruxisme, avec en particulier une abrasion des couronnes dentaires, pouvant aller jusqu'à des fissures ou des éclats. Cordialement

    Avatar de  Albin

    Albin

    /

    24/06/20

    Quelles sont les causes des lésions osseuses des mâchoires ?

    Laisser un commentaire